Loading...

« Au bonheur des chiens » : Gérer une pension canine familiale

« Au bonheur des chiens » : Gérer une pension canine familiale

Mélanie Hennion, membre de notre site AniPassion, a ouvert sa pension canine familiale il y a 2 ans. Elle a accepté de répondre à nos questions, et c’est avec joie que nous publions notre interview. Décidément, cela donne envie de partir en vacances et de laisser son toutou à la garderie «Au bonheur des chiens»...

 

AniPassion : Bonjour Mélanie, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, ... ?

Mélanie : Bonjour, je m’appelle Mélanie Hennion, j’ai créé ma pension canine familiale Au bonheur des chiens, il y a 2 ans à Chambourg-sur-Indre (37). J’accueille les chiens au sein de ma famille où ils ont accès à notre maison et au terrain clos verdoyant de 1700m².

J’accepte entre 5 et 7 chiens en même temps, suivant les tailles et les caractères. Ils vivent tous ensemble, c’est la vie de communauté ! Je définis plus mon entreprise par « garderie canine » ou «centre de vacances pour chiens».

 

Cela a été une évidence pour moi de travailler avec les animaux…

Comment ce projet de pension canine familiale est né ? Quel était votre parcours vers la création de la pension ?

Mélanie : Ce projet est né il y a environ 10 ans lorsque je faisais mes études dans le milieu canin et félin. Cet amour des chiens a toujours été présent et cela a été une évidence pour moi de travailler avec les animaux.

Après une Seconde générale décevante, je me suis tournée vers le BEPA élevage canin et félin en apprentissage. Ensuite, j’ai obtenu mon baccalauréat professionnel dans cette même filière et mon certificat de capacité liée à l’activité des animaux domestiques.

Pendant ces années, j’ai rencontré mon mari Pierrick et l’idée de créer une entreprise (élevage/pension) ensemble est né et s’est forgé petit à petit. Pierrick, après avoir obtenu son BEPA élevage canin et félin, s’est engagé dans l’armée de l’air comme maître-chien et l’est toujours.

Nous sommes complémentaires, lui, maîtrise la partie éducation et apporte un côté rigoureux. Moi, j’apporte mon côté maternel et affectif.

Mélanie Hennion, pension canine Au bonheur des chiens

Nous voulions trouver une ferme à la campagne pour créer une pension puis un élevage. Mais les contraintes administratives, environnementales, les réglementations des services vétérinaires et les refus de prêts bancaires nous ont freiné dans notre projet.

Enfin, quand on a trouvé notre maison en 2013; 6 mois après, j’accueillais mon 1er pensionnaire.

Maintenant, je reçois entre 5 et 7 chiens en même temps suivant les caractères de chacun et les ententes possibles. Ils vivent dans notre maison, profitent du jardin et jouent ensemble.

Est-ce que vous acceptez tous les chiens ?

Mélanie : J’accepte tous les chiens quelque soit l’âge ou la race. Il faut bien sûr, que le futur pensionnaire soit sociable avec les autres, non fugueur, identifié, vacciné et vermifugé.

 

J’adapte mon attitude lors de la venue du chien pour lui proposer un séjour le plus agréable possible..

Que faîtes-vous pour que les chiens se sentent au mieux durant leur séjour en pension ?

Mélanie : Avant tout séjour, je demande au propriétaire de visiter notre maison avec son chien. Cette visite permet de mieux comprendre le mode de garde que je propose et de voir concrètement où les pensionnaires vivent, cela rassure le maître.

Pendant cette rencontre, je fais connaissance avec mon futur pensionnaire. Je questionne son propriétaire sur son caractère, ses habitudes à la maison, son alimentation, d’éventuels problèmes de santé. J’aime aussi savoir si le chien a déjà été gardé par quelqu’un d’autre (famille, amis, pension) et comment vit-il la séparation.

Grâce à ses informations, j’adapte mon attitude lors de la venue du chien pour lui proposer un séjour le plus agréable possible et d’anticiper un éventuel problème.

Ainsi, un chien joueur pourra jouer à sa guise avec d’autres chiens joueurs et je mets à disposition des balles et jeux pour eux. Ou, un chien calme et solitaire aura des moments à lui tels que promenade seul et sieste au calme.

 

Cette expérience apprend beaucoup à notre fils…, ça l’aide à grandir et à se responsabiliser. Mais aussi cela peut beaucoup apporter au chien.

Avez-vous des enfants ? Vos enfants participent-ils aux activités de pension ?

Mélanie : Tous nos amis à 4 pattes participent à notre vie de famille. Nous avons un petit garçon de 5 ans et demi, Maxime, et la cohabitation se passent bien. Nos pensionnaires s’adaptent facilement à notre rythme de vie (levers, couchers, repas).

Maxime participe volontiers aux activités de pension. Il aime jouer avec les chiens joueurs, surtout à la balle. Il peut participer à la distribution des repas et vient avec nous lorsque nous faisons des balades le week-end. Il prend en laisse un petit chien et nous suit en forêt.

Comment évaluez-vous cette expérience ?

Mélanie : Cette expérience apprend beaucoup à notre fils (vie des animaux, différencier les espèces et les races, connaître la nature). Ça l’aide également à grandir et à se responsabiliser. Mais aussi cela peut beaucoup apporter au chien. Il voit qu’un enfant n’est pas toujours situation de stress. Chacun a sa place et son espace de vie.

Bien sûr, nous ne laissons jamais Maxime seul avec un chien, même le plus adorable et le plus gentil. Nous lui expliquons quelle attitude adoptée avec chaque chien suivant les caractères et les situations. Nous lui apprenons le respect envers les animaux qui est – je pense – la base d’une bonne relation homme/animal.

Quelle est la durée moyenne des séjours dans votre pension ?

Mélanie : Les vacanciers que je garde restent en moyenne 5 jours, le plus souvent pour les vacances. J’ai aussi quelques chiens dont le maître est en déplacement professionnel ou hospitalisé.

 

La séparation du chien avec son maître est un moment important dans la vie de pension.

Est-ce que vous pensez que l'éducation du chien détermine la façon dont le chien vit la séparation et se comporte durant le séjour en pension ? Ou cela dépend plus de son caractère ?

Mélanie : La séparation du chien avec son maître est un moment important dans la vie de pension. Le chien perd ses repères, le maître est stressé, culpabilise, ce sont les premiers instants du chien dans notre maison.

La manière de vivre la séparation dépend de l’éveil et de l’éducation du chiot. L’éveil est une étape cruciale dans sa future vie d’adulte tout autant que son éducation. Si le chiot a été séparé trop tôt de sa mère et de sa fratrie (ou s’il n’a jamais vécu de séparation) alors cette situation sera déchirante et très difficile à gérer. Il faut aussi qu’il rencontre différents individus (humains, chiens, chats…) et garde une expérience positive en tête. Bien sûr, le vécu, le rythme de vie et le caractère va également changer son comportement face à la séparation. C’est un tout.

 

Ayez confiance et partez serein

Quel message voudriez-vous adresser aux propriétaires qui envisagent de laisser leur chien en pension ?

Mélanie : Le message que j’aimerais adresser aux propriétaires de mes futurs pensionnaires est «Ayez confiance et partez serein ».

Peut-être que ce message est difficile à appliquer. Si le chien est sociable, éveillé et éduqué normalement, le séjour se passera très bien.

pension canine familiale Au bonheur des chiens

C’est un métier où l’on ne s’ennuie pas

Est-ce que vous avez des conseils à donner à ceux qui réfléchissent sur le projet d'ouvrir une pension canine familiale ?

Mélanie : Pour ceux qui seraient tentés d’ouvrir une pension canine familiale, mes conseils sont : patience, connaissance et passion.

C’est un métier où l’on travaille 7 jours sur 7 et 24h/24. Cela demande beaucoup de patience car il faut s’adapter à tous les caractères et à des vécus différents. Et comme je l’ai expliqué auparavant, il n’est pas si facile de se lancer.

Le minimum d’expérience et de connaissances est très recommandé car il faut savoir comment réagir à chaque situation (chien peureux, stressé, hyper-actif, bagarres…).

Et évidemment, il faut avoir la passion des chiens (ou des animaux) car donner de l’amour aux animaux ne s’apprend pas.

Ce métier -comme tout métier d’ailleurs- a ses avantages et ses inconvénients.

Pour moi, les avantages sont les différentes rencontres (humaines et canines). Aucune n’est pareille, chaque journée est différente et chacun peut apporter quelque chose. Je donne de l’amour aux chiens et eux, me le rendent très bien. J’en apprends encore tous les jours.

C’est un métier où l’on ne s’ennuie pas, lorsque j’observe les chiens jouer entre eux, certains sont de vrais clowns et ils me font rire.

L’inconvénient, pour moi, est de n’avoir pas assez de temps pour ma famille. Ma pension connaît beaucoup de succès, j’ai des chiens tous les jours et toutes les nuits, ce qui me laisse peu de temps libre. Et malgré ce succès, il est difficile de se verser un salaire fixe tous les mois.

 

Si vous êtes sincère, compétent et serein dans ce que vous faites alors le maître et le chien le sentiront.

Qu’est-ce qui est le plus important, selon vous, dans votre travail ?

Mélanie : Le plus important dans ce travail est l’échange maître-chien-pensionneur.

C’est une relation de confiance qui évolue avec le temps. Si vous êtes sincère, compétent et serein dans ce que vous faites alors le maître et le chien le sentiront. Un maître détendu, c’est un chien détendu, et vice-versa. Il y a des chiens que je vois grandir, évoluer et je peux apporter mes conseils au propriétaire, qui sera à l’écoute s’il me fait confiance.

 

Les chiens sont très expressifs et ne trichent pas.

Cette expérience, qu'est-ce qu'elle vous a apporté à vous-même ?

Mélanie : Cette expérience m’apporte beaucoup et constamment. Les différentes rencontres, l’organisation de la pension et les différents caractères me font prendre du recul et je me remets tous les jours en question. Que puis-je apporter de plus ? Ais-je bien rassuré le maître ? Le chien sera t-il bien chez moi ?

En 2 ans entrepreneuriat, j’ai également beaucoup appris en comportement animal. Les chiens sont très expressifs et ne trichent pas.

 

Ce mode de garde doit se développer, il y a une réelle demande et l’aventure est fantastique !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Mélanie : Mes projets pour l’avenir sont nombreux.

J’aimerais développer ma pension tout en gardant cette notion de cocon familial. Si un investisseur veut m’apporter son aide, il est le bienvenu ! Je voudrais proposer d’autres prestations à mes pensionnaires. J’ai plusieurs idées en tête que je laisse secrètes pour l’instant.

Aussi, avec mon mari nous aimerions créer un petit élevage de cane corso, shih-tzu, peut-être cairn terrier et créer un club d’éducation.

Merci de m’avoir lu, j’espère que mon témoignage suscitera quelques vocations car ce mode de garde doit se développer, il y a une réelle demande et l’aventure est fantastique !

 

"Au bonheur des chiens"

Mélanie Hennion

2 FOSSE NOUE - 37310 CHAMBOURG SUR INDRE France

Site web : http://www.au-bonheur-des-chiens.com/


Commentaires

25 Avril
Wahou très instructif ! Merci.
25 Avril
Mélanie, votre témoignage est très sympa, en effet. J'ai une question. Est-ce que vous avez des chiens qui sont à vous ? Merci d'avance
8 Mai
Merci pour vos commentaires positifs! Oui j'ai une femelle shih tzu de 7 ans, Etane, qui est la chef de meute!
29 Septembre
Article très intéressant
29 Septembre
Avez vous des périodes plus calmes pour habituer un nouveau pensionnaire car nous savons que vous êtes souvent hyper bookee
Vous devez vous connecter pour commenter

Article

Par Dinah
Ajouté 22 Avril

Noter

Votre note :
Total : (1 votes)

Partager sur les réseaux sociaux

Mutuelle pour animaux

tarif des mutuelles animaux

Tags

chien garderie, chien pension, chien vacances, faire garder son chien, pension canine, pension canine familiale, pension chien

Vous aimerez aussi

L'age humain de votre chien ?

2. Sélectionner la corpulence de votre chien

  • Petit

  • Moyen

  • Grand