Loading...

Perdre un animal de compagnie : une souffrance souvent sous-estimée ?

Perdre un animal de compagnie : une souffrance souvent sous-estimée ?

Perdre un animal de compagnie peut être une épreuve difficile. En particulier si ce dernier a partagé votre vie pendant plusieurs années. Seulement, le deuil engendré par cette perte est rarement compris. Bien souvent, les personnes concernées se heurtent à l’incompréhension de leur entourage. Dès fois mêmes à des moqueries et des commentaires désobligeants comme “ce n’était qu’un animal”, “ce n’est pas la fin du monde” ou “il n’y a pas mort d’hommes”.

Et pourtant, derrière, il y a une souffrance réelle ; et qui requiert – dans la majorité des cas – un véritable travail de deuil. Découvrez pourquoi...

 

Perdre un animal de compagnie : une souffrance réelle et justifiée

 

Avant tout, si vous avez récemment perdu un animal de compagnie et que vous en souffrez, rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Une étude menée au Royaume-Uni a révélé que pour les propriétaires, perdre un animal de compagnie serait aussi dur que perdre un proche.

Pourquoi ? Comment cela s’explique-t-il ? C’est très simple en réalité. Un animal de compagnie - comme son nom l’indique déjà - vous a tenu compagnie tout le long de votre vie. C’est un ami fidèle qui est resté avec vous, et à vos côtés pendant plusieurs années. Et qu’on le veuille ou non, qui a été présent dans les meilleurs et les pires moments de votre vie. C’est également un compagnon loyal. Contrairement aux amis que vous avez, et que vous auriez pu avoir, lui ne vous a jamais jugé ni trompé, ni critiqué. Il vous a toujours accepté tel que vous êtes.

Un animal est notre ami fidèle, comment faire le deuil ?

En le perdant, vous ne perdez donc pas seulement un animal domestique. Vous perdez en réalité un compagnon de vie, un ami fidèle. S’il a été là pendant plusieurs années, il est normal que vous ressentiez un vide en son absence. Et malheureusement, de l’avis de 88% des propriétaires qui ont déjà perdu un animal, le deuil d’un animal est réel. Et c’est un vide difficile à combler.

 

Perdre un animal de compagnie : pourquoi est-ce si difficile à surmonter ?

 

Selon l’étude menée au Royaume-Uni, la douleur ressentie à la perte d’un animal de compagnie est presque similaire à celle que l’on sert lorsqu’on perd un être cher. Bien entendu, la comparaison n’a pas lieu d’être. Mais ce qui est intéressant à retenir, c’est que selon les études, si la perte d’un animal de compagnie est moins douloureuse, elle met beaucoup plus de temps à guérir en revanche.

Pourquoi ? La raison est souvent le manque, voire l’absence totale de compréhension vis-à-vis de cette souffrance particulière. Seules les personnes qui ont eux-mêmes un animal domestique peuvent comprendre. Mais dans la majorité des cas, l’entourage ne comprend pas pourquoi la perte d’un animal peut être aussi bouleversante. Il ne peut pas saisir ni la portée ni la profondeur de cette souffrance.

Le résultat : par peur des moqueries, et des incompréhensions, les personnes en deuil osent rarement en parler. La douleur est – dans la plupart du temps – tue, enfouie quelque part, gardée pour soi. Or, comme dans tout processus de deuil, une oreille et une épaule compatissantes sont essentielles pour guérir. Sans cela, il est possible de porter ce traumatisme pendant des années.

 

Que faut-il faire face à la perte d’un animal de compagnie ?

 

Vous l’aurez compris, faire comme si de rien n’était n’est pas la solution. Perdre un animal de compagnie, c’est perdre un ami, un compagnon de vie. Vous ne pourrez pas affronter cette perte en ignorant votre souffrance.

un animal, un être proche

 

Perdre un animal de compagnie : ne négligez pas l’enterrement

Pour accepter le départ de votre animal, vous devez, avant tout, organiser une sorte de rituel d’adieu. Ça peut être un petit enterrement, ou la dispersion de ses cendres dans un endroit particulier. Certains propriétaires choisissent d’écrire un petit mot d’au revoir, voire même des poèmes. Et d’autres, d’organiser des petites cérémonies de commémoration.

C’est une preuve d’amour. Mais c’est surtout une étape nécessaire dans l’acceptation de son départ.

 

Perdre un animal de compagnie : acceptez de faire le deuil

Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un animal, que vous ne devez pas faire votre deuil. Puisqu’il s’agit également d’un être cher à votre cœur, vous devez, au contraire, absolument suivre un processus de deuil. Ce n’est qu’ainsi que vous allez guérir de cette séparation.

Le processus de deuil comprend 5 phases :

  • Le déni, marqué par la surprise et le choc.
  • La colère, marquée par le besoin de rechercher un coupable, voire soi-même d’où un profond sentiment de culpabilité.
  • Le marchandage, marqué par un besoin de faire des chantages, de trouver des compromis pour compenser l’absence, le vide.
  • La dépression, qu’on appelle aussi phase de déstructuration. Elle est marquée par une grande tristesse due à la réalisation que l’animal est parti pour de bon, et ne reviendra pas.
  • L’acceptation, qu’on appelle aussi phase de restructuration. Elle est marquée par la résignation, et par la reprise du cours de la vie. Elle n’est pas dénuée de tristesse, car on n’oublie pas. Mais on apprend à vivre avec cette absence de manière moins douloureuse, plus sereine.

Bon à savoir : la durée du deuil peut varier de plusieurs mois à plusieurs années. Ce qu’il faut retenir, c’est que vous ne devez pas précipiter les choses. Vous devez laisser le temps agir et prendre chaque phase du deuil comme ils viennent.

 

Perdre un animal de compagnie : vous devez en parler

C’est le plus important. Si vous voulez guérir, vous devez extérioriser et mettre des mots sur ce que vous ressentez. Plus vous gardez la douleur en vous, plus vous aurez du mal à l’affronter. Si vous ne trouvez pas une oreille compatissante pour vous écouter, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel. Il n’y a aucune honte à demander un soutien psychologique, car le deuil d’un animal est une souffrance réelle.

Certaines personnes vous conseilleront d’en adopter un rapidement. Mais ce n’est pas la meilleure chose à faire. Car vous aurez l’impression de le remplacer et de le trahir, et cela vous fera plus de mal que de bien. Surtout, si vous ne vous sentez pas encore prêt. Attendez donc le bon moment.


Commentaires

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter