Loading...

Une animalerie gérée par des détenus à la prison de Melun

Une animalerie gérée par des détenus à la prison de Melun

Les bienfaits de la zoothérapie, c'est-à-dire une thérapie assistée par animal pour des personnes en difficulté, ne sont plus à démontrer. En effet, la mise en proximité avec des animaux de compagne permettent de trouver des solutions pour les personnes en manque de dialogue, d’interactions sociales ou encore ayant des troubles du comportement. C'est dans ce contexte que la médiation animale est devenue un programme à part entière dans le centre de détention de Melun.

En effet, une animalerie a été créée au sein de l'établissement pénitentiaire en décembre dernier : l’Arche de Melun. Ce sont les détenus de la prison de Melun qui s'occupent au quotidien d'animaux domestiques et gèrent cette animalerie hors norme. Ce dispositif révolutionnaire est accueilli avec beaucoup de bonheur par les personnes emprisonnées qui prennent alors à cœur de prendre soin de ces animaux.

Une animalerie gérée par les détenus

L'Arche de Melun est donc une animalerie qui sort du lot. On y trouve plusieurs espèces d'animaux : des chiens, des chats, des tortues, des hamster, des rats et des lapins notamment. Certains ont été recueillis par des associations après un abandon.

La présence de ces différentes espèces permet d'améliorer l'efficacité de la médiation animale. En effet, chaque personne a une affinité plus ou moins importante avec un animal. En proposant différents animaux, chaque détenu peut alors choisir de s'occuper d'un animal de compagnie qu'il affectionne particulièrement.

La gestion de l'animalerie est surveillée de prêt avec une répartition des tâches entre les détenus et un suivi consigné dans un cahier. Ainsi, les détenus s'occupent de nourrir les animaux, contrôler la bonne santé de chaque animal, leur donner les soins appropriés, leur faire la toilette et bien entendu, jouer avec les animaux. De quoi responsabiliser chaque personne en contact avec les animaux mais également leur apporter un peu de bonheur.

Une professionnelle vient également sur place afin de conseiller les détenus et donner des ateliers de zoothérapie. Il s'agit de Marine Droin qui travaille au quotidien avec les animaux car elle est :

  • Comportementaliste zoothérapeute professionnelle.
  • Fondatrice de l’association Cat’Pattes Complicité.
  • Gérante de l'élevage familial de chats Ragdolls La Chatterie Des Aristos Dolls.

Il faut dire que Marine Droin intervient depuis 2 ans à Melun dans le cadre du programme de médiation animale. Elle connait les détenus, leur relation envers les animaux et les bienfaits apportés. C'est donc également grâce à elle que ce projet d'animalerie en milieu carcéral a pu voir le jour.

animalerie dans prison

La médiation animale dans la prison de Melun : un principe qui fonctionne pour tous

Si le centre de détention de Melun a décidé de mettre en place ce disposition, c'est parce qu'il fonctionne auprès des personnes emprisonnées. En effet, la proximité avec des animaux permet notamment de créer du lien social pour des personnes qui en sont terriblement en manque. De plus, les animaux permettent de lutter contre l'isolement du quotidien pour ces détenus.

Les résultats ne se sont pas fait attendre, les détenus sont unanimes sur les bienfaits de cette présence animalière. Voici quelques réactions :

C’est libérateur. Ces animaux donnent une motivation car ils sont très en demande d’affection, ça fait beaucoup de bien au moral. Nous sommes responsables d’eux, ils comptent sur nous. (Frédéric, un détenu de 36 ans)
Ces animaux nous apportent une bulle d’oxygène en détention. C’est une présence apaisante et cette responsabilité nous donne aussi de l’autonomie. (Christopher, un détenu de 26 ans)

Le directeur de la prison de Melun, Patrick Hoarau, est également très élogieux envers ce système. Pour lui, une animalerie à l'intérieur d'une prison responsabilise les détenus mais pas seulement. C'est également une façon d'apporter plus d'humanité dans les prisons et de lutter contre l'isolement, les récidives et le suicide par exemple.

Les animaux ont un impact positif sur la détention car ils donnent beaucoup de responsabilité. (Patrick Hoarau)

Après le succès que rencontre l'Arche de Melun, d'autres prisons réfléchissent à miser davantage sur la médiation animale et pourquoi pas, ne pas créer une animalerie gérée par les détenus. C'est notamment le cas du centre pénitentiaire de Réau.


Commentaires

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter