Loading...

La calicivirose chez le chat (FCV)

La calicivirose chez le chat (FCV)

Tout comme n’importe quel animal, le chat est sujet à d’innombrables maladies. Certaines de ces maladies sont des pathologies héréditaires et d'autres sont des infections liées à des virus et microbes. La calicivirose, ou calicivirus félin, en fait partie. Bien que méconnue, cette pathologie affecte tout de même un certain nombre de chats par an. Les détails dans les paragraphes qui suivent.

Qu'est-ce que la calicivirose chez le chat ? Comment s'attrape le calicivirus félin ? Comment soigner un chat atteint de calicivirose ? Découvrez toutes les informations utiles pour savoir détecter et soigner calicivirose chez le chat : symptômes, dangerosité et traitement contre cette maladie virale.

 

Qu’est-ce que la calicivirose féline ?

 

La calicivirose est une maladie grave qui touche particulièrement les chats. Causée par un virus appelé « calicivirus », elle peut entrainer la mort (surtout si elle n’est pas traitée à temps). Le calicivirus se présente sous plusieurs formes. C’est pourquoi les symptômes varient d’un chat à un autre. Dès le moindre signe inhabituel, pensez donc à contacter votre vétérinaire.

Il faut néanmoins savoir que la calicivirose féline se manifeste de deux manières différentes :

  • Sous forme aiguë : elle affecte gravement le système respiratoire du chat. Ce dernier aura du mal à respirer et éprouvera une sensation d’étouffement. Ce qui aura pour effet de l’affaiblir assez rapidement. Souvent, la calicivirose aiguë provoque des maladies articulaires et cardiaques.
  • Sous forme chronique : la calicivirose chronique est moins complexe que la forme aiguë. Néanmoins, elle dure longtemps et présente des récidives. Le principal problème réside dans le fait que la forme chronique soit parfois asymptomatique. Cela signifie que votre chat ne montrera aucun signe avant-coureur de la maladie.

 

Les différentes formes cliniques et symptômes de la calicivirose chez le chat

 

En tant que particulier, il est difficile d'identifier les premiers signes de la Calicivirose féline. Un diagnostic médical doit être posé par le vétérinaire dans le but de mettre en place un protocole sanitaire strict. Il faut dire que la calicivirose, ou FCV, est une maladie virale très contagieuse.

Les signes et les symptômes cliniques de la calicivirose dépendent de plusieurs facteurs :

  • Le type de souche du virus.
  • La gravité de l’infection.
  • L’âge du chat.
  • Son état de santé.
  • Ses défenses immunitaires.

 

Le coryza du chat

Chez l'homme, cela s'appelle « la grippe ». C’est l’un des signes qui peuvent indiquer que votre minou est atteint de la calicivirose. Quand il l’attrape, il commence à se sentir fatigué. Il perd l’appétit, tousse et présente une forte fièvre avec le nez qui coule. Le chat souffre aussi d'irritations douloureuses aux yeux. Cela peut notamment entrainer une conjonctivite si vous ne consultez pas rapidement un vétérinaire.

Notez que le coryza est le facteur numéro 1 qui s’attaque au système respiratoire de l’animal. Il faudra donc prévoir une prise en charge immédiate dès l’apparition des premiers symptômes.

 

La gingivite chez le chat

La gingivite désigne l’inflammation des gencives. Elle constitue l’une des premières causes de la calicivirose. Elle peut aussi être due à des dents mal entretenues et abîmées ainsi qu'au problème du tartre.

Chez le chat, la gingivite se manifeste par des gonflements et des rougeurs au niveau des gencives.

Elle entraîne une mauvaise haleine et peut même conduire au décollement des gencives. Cela provoquera par la suite une perte des dents. Ce symptôme de calicivirose féline constitue un véritable calvaire pour le chat. Il ressentira des douleurs intenses et présentera des difficultés à mâcher et à avaler de la nourriture.

 

L’arthrite et maladies osseuses du chat

L’ostéoarthrite est difficile à détecter chez les chats. Et pour cause, ces derniers sont doués pour dissimuler leurs souffrances. Or, il faut s’empresser d’aller chez le vétérinaire lorsque l’un des signes se présente, car il peut s’agir de l’avènement d’une infection par calicivirus. L'arthrite peut affecter les chats de tout âge, à n'importe quel cycle de leur vie.

Cela peut principalement entraîner une perte de mobilité. Votre chat aura du mal à se mettre debout, à se déplacer, à monter des escaliers et encore moins à sauter. Ses articulations craquent et deviennent douloureuses. 

 

La forme aiguë hypervirulente 

Ce signe clinique apparaît dans le philtrum nasal, les lèvres, le museau, les oreilles, la langue (cavité buccale) et les petits coussinets du chat. Il atteint aussi, à de rares occasions, la zone autour de l'anus et de l'abdomen.

La forme aiguë hypervirulente se caractérise notamment par des lésions amenant à un affaiblissement général de son état. Il souffrira d’anorexie, de dépression, de diarrhée, d’ictère et d’hyperthermie. Dans la plupart des cas, ce symptôme de la calicivirose entraine une desquamation totale de la peau. Il peut aussi être à l’origine d’une maladie plus grave.

La calicivirose féline : maladie extrêmement contagieuse

 

Il faut adopter les bonnes habitudes lorsqu’on élève un ou plusieurs chats à la maison. Cela s'applique aussi bien aux chats qui restent tout le temps dans leur nid qu’à ceux qui sortent souvent. Dans les deux cas, le risque de contamination sera en effet toujours élevé.

L’infection par calicivirus peut se transmettre par contact direct. Il peut arriver que vous caressiez et dorlotiez votre minou pendant que vous regardez la télévision. Celui-ci vous lèchera le visage ou encore la main alors que sa salive contient le virus. Il peut être un porteur sain, car il n'y a aucun signe de la maladie sur le long de sa fourrure.

Pensez aussi à faire attention lorsque vous nettoyez ses excréments et ses urines. Ces derniers constituent aussi des facteurs de contagion. Il en va de même pour les sécrétions des yeux et du nez.

Vous constatez que votre chat est porteur du virus, c'est-à-dire qu'il présente certains symptômes de la maladie ? S’il sort souvent, il est fort probable qu’il ait contracté la maladie par le biais d’autres chats.

Autres moyens de transmission de la calicivirose : la salive infectée, les accessoires et les vêtements souillés par le chat… C’est ce que l’on appelle une transmission indirecte de la maladie.

 

Les méthodes de traitement de la calicivirose féline

 

Jusqu’à aujourd’hui, les experts n’ont pas encore trouvé de traitement spécifique contre la calicivirose. Il existe tout de même des médicaments efficaces qui permettent de traiter les symptômes :

  • Des anti-inflammatoires et des soins dentaires spécifiques pour soulager les douleurs associées à la gingivite
  • Des antibiotiques pour lutter contre les bactéries secondaires
  • Une pommade ophtalmique pour atténuer les sécrétions au niveau des yeux

Lorsque le chat a de la fièvre, il se déshydrate. En ce sens, il faut le réhydrater à l’aide d’une perfusion. Les sécrétions dans le nez provoquent également un certain bouchon qui empêche le chat de sentir les odeurs. Il ne peut plus sentir les mets et perdra ensuite l'appétit. Pour remédier à cette situation, vous pouvez utiliser une sonde d’alimentation pour le nourrir.

En cas de situations critiques, il est préférable d’hospitaliser immédiatement votre chat. Même chose lorsque les inhalations et les anesthésies locales ne font plus effet. Autrement, vous pouvez aussi vous tourner vers la médecine traditionnelle, surtout pour traiter les premiers symptômes. Cette pratique est connue pour ses nombreux bienfaits sur le système immunitaire.

 

Prévention de la Calicivirose chez le chat

 

Vous tenez à votre fidèle compagnon ? Cela se comprend. Pour lui offrir une vie plus longue à vos côtés, prodiguez-lui les soins qu’ils méritent. De cette manière, les pathologies comme la calicivirose ne l’atteindront pas.

En règle générale, la prévention de cette infection nécessite une vaccination régulière. D'autres mesures d'hygiène doivent également être adoptées pour éviter au maximum la contamination de votre chat. À cela s’ajoute un mode de vie sain.

 

Le vaccin contre la calicivirose et son efficacité

Tous les chats doivent être vaccinés, qu’ils sortent régulièrement ou non de leurs habitats. Le vaccin peut débuter dès l'âge de 2 mois, avec un rappel dans les 3 à 4 semaines qui suivent. Sans cela, votre chat ne bénéficiera pas de l’immunité.

Si votre chat est un nomade qui aime errer dans les rues et partir à l’aventure avec ses paires, injectez-lui un troisième rappel pendant la 16e semaine. En effet, la contamination est plus risquée à l’extérieur. Lorsqu’il devient adulte, il faut planifier un rappel de vaccin chaque année. Si votre matou est plutôt du genre solitaire et aime rester dans son petit cocon, le rappel se fera tous les 2 à 3 ans.

Il convient de noter que le vaccin ne peut pas résister à toutes les variantes de la calicivirus. Il permet surtout d’atténuer son excrétion, de tonifier la défense immunitaire du chat et de réduire l’apparition des symptômes. Par contre, tout dépend de votre compagnon.

 

Les autres mesures préventives

La vaccination du chat va en amont avec d’autres méthodes de prévention, comme l’hygiène. Assurez-vous que votre minet dispose d’une bonne hygiène corporelle et dentaire. Brossez-lui les dents tous les jours et effectuez un détartrage régulier si possible.

Si votre chat est atteint de la maladie, vous devez l’isoler dans une autre pièce. Désinfectez toute la maison et changez vos vêtements. Nettoyez soigneusement vos mains une fois que c’est fait. Le but est d'empêcher la transmission de la calicivirose.

 

L’espérance de vie d’un chat atteint du FCV

 

Il est tout à fait possible de traiter la calicivirose, à condition de détecter rapidement les symptômes. D’ailleurs, il y va de la survie de votre animal de compagnie. Dans tous les cas, son espérance de vie dépend tout d’abord du type d‘affection. Est-elle aiguë ou chronique ?

Elle dépendra aussi de la souche de virus qui s’attaque à son organisme. Il ne faut pas non plus oublier que la capacité de résistance d’un chat âgé ne sera pas le même que celle d’un chaton ou d’un jeune minet. Cependant, les chances sont minimes si le chat souffre déjà d'une maladie concomitante.


Commentaires

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter

Article

Par Dinah
Ajouté 7 Juin

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)

Partager sur les réseaux sociaux

Mutuelle pour animaux

tarif des mutuelles animaux

Tags

calicivirose chez le chat, calicivirose félin, coryza, fcv

Vous aimerez aussi

Découvrez l'âge de votre chien en son équivalent âge humain avec cet outil gratuit