Loading...

Petit Perroquet, la Valeur au Mérite?

Romuald Martin

Petit perroquet, la valeur au mérite?

En tant que technicienne en santé animale en milieu clinique, je me retrouve bien souvent "en première ligne" ce qui signifie que j’ai, règle générale, le premier contact avec le client. Je réponds donc à de nombreuses questions, que ce soit par téléphone ou en personne.

Dans le merveilleux monde des oiseaux, il y a deux réalités distinctes: les oiseaux "dans les piastres", c’est-à-dire les moins dispendieux (pinsons, serins, perruches, inséparables, calopsittes et tous les petits oiseaux de volière) et les oiseaux "dans les mille" ou, si vous préférez, les plus dispendieux (petits perroquets comme les caïques, les Meyer's, les conures, et j’en passe, et les gros perroquets comme les gris d’Afrique, les amazones, les aras, les cacatoès et… alouette).

Certains propriétaires ne feront pas de distinction entre les espèces et seront prêts à tout pour donner à leur oiseau ce qu’il y a de mieux, tant en soins vétérinaires qu’en soins à domicile. D’autres propriétaires sous-entendront que, parce que l’oiseau n’était pas "cher à l’achat", il ne vaut pas la peine qu’on lui accorde les soins adéquats quand il est malade ou qu’on lui donne de l’attention, un habitat décent et des temps de sortie et de jeu.

Ce qui me fait le plus de mal en tant qu’amoureuse des animaux et particulièrement des oiseaux, c’est lorsque je donne des tarifs pour des soins ou des consultations et que la personne s’empresse de me répondre : "À ce prix-là, je vais aller m’en acheter un autre, c’est juste une perruche!" Pour quelle raison? Ce sont des oiseaux avec des plumes, des ailes, un bec et une personnalité au même titre que leurs grands cousins. Ces petits volatiles ne sont pas conscients qu’ils sont moins dispendieux.

L’adorable petite perruche ondulée que l’on achète à une vingtaine de d'euros en animalerie ne se dit pas en elle-même: "Je vaux moins cher, alors je devrai éviter de tomber malade, je devrai vivre dans une petite cage sans sortir et je ne devrai surtout pas oser demander de l’attention".

Oui, je sais, je vous entends déjà crier à l’anthropomorphisme! Croyez-vous? Je m’empresse de répondre: … pas tant que cela! Dans ce texte, mon objectif est de vous renseigner sur les besoins de ces petits oiseaux qui sont malheureusement souvent oubliés ou négligés.

Commençons par le commencement...
Je vais y aller de comparaisons pour mieux m’expliquer…

Primo, la cage.

Nous ne garderions pas un perroquet ara (du moins, je l’espère) dans une cage dans laquelle il y aurait une seule perche, deux auges, un seul jouet (ou pire encore, aucun) et une cage de si petite dimension qu’il aurait de la difficulté à aller et venir à sa guise. Nous ne plaçons pas de papier sablé sur les perchoirs d’un ara et nous ne mettons pas de gravier au fond de sa cage.

Secundo, la nourriture.

Nous n’offrons pas comme seul menu à un ara, un paquet de graines et un bol d’écailles d’huîtres…

Tertio, le nid.

Avons-nous déjà vu un ara (ou tout autre gros perroquet) dormir dans un petit panier d’osier ou une petite cabane en bois avec un trou circulaire? C'est une belle attention d’offrir un nid à notre perruche ou notre inséparable, mais il faut savoir que cela les stimule souvent à la ponte (dans le cas où c’est une femelle évidemment) et que la ponte chronique peut occasionner de graves problèmes de santé chez notre oiseau.

Quatro, le temps consacré à l’oiseau.

Nous ne laisserions pas un ara dans sa cage constamment comme s’il n’était qu’un bibelot (je fais surtout allusion aux perruches, inséparables et calopsittes, qui eux ont besoin d’autant de contacts humains que les gros perroquets, car les autres oiseaux mentionnés plus haut (qui sont des oiseaux de volière) sont de petites espèces nerveuses qui ne sont pas faites pour sortir de leur cage, pour jouer et interagir beaucoup avec l’humain, car ils sont plutôt peureux. Devraient-ils tout simplement vivre en liberté dans la nature alors? Ceci est un autre débat!)

Cinquo...

Nous n’abandonnerions pas un perroquet ara à son sort s’il était malade, et ce, en se disant que nous pouvons toujours aller en acheter un autre…

Quelle est la clé du succès avec un oiseau?

Se renseigner avant d’en faire l’acquisition, et ce, peu importe l’espèce. Attention, quand je parle de se renseigner, j’entends de se renseigner auprès de gens qualifiés qui connaissent les besoins de ces charmants volatiles: personnel des cliniques vétérinaires aviaires et intervenants en comportement. Ces personnes pourront vous référer des livres ou autres ouvrages pour vous informer de ce dans quoi vous allez vous engager, car oui, il s’agit bel et bien d’un engagement, et ce, même avec la perruche ou le pinson!

Des choix à faire

Lorsque vous irez chercher votre petit perroquet (une fois bien renseigné évidemment!), vous vous retrouverez en face d’une quantité inimaginable de produits qui vous seront offerts et suggérés par le personnel des animaleries (les animaleries ne sont pas les seuls endroits où vous pouvez vous procurez un oiseau, il existe aussi des éleveurs et des refuges).

Malheureusement, tous ces produits ne sont pas nécessairement adéquats (ou même sécuritaires) pour votre oiseau. Les compagnies qui les fabriquent veulent vendre leur marchandise, alors elles useront de toutes les astuces pour faire croire que le produit est bon et utile. Ce qui est encore plus dommage, c’est que le personnel des animaleries se fait prendre au jeu souvent et ne réalise pas que certains de ces produits peuvent être nuisibles, voire même dangereux, pour la santé de votre oiseau.

Prenons par exemple le papier sablé sur les perches. Il n’use absolument pas les griffes des oiseaux et peut malheureusement causer des ulcères sous les pattes. Le gravier n'est, non seulement, pas un apport adéquat en minéraux, mais peut en plus causer des obstructions du tube digestif.

Les perchoirs vendus avec les cages sont souvent tous faits des mêmes matériaux et des mêmes dimensions. Pourtant, il est très important que votre oiseau ait accès à des perches de matériaux et de diamètres différents pour tenter d’éviter le plus possible les problèmes de pattes comme l’arthrite ou le "bumbble foot" par exemple.

Les jouets sont des accessoires essentiels à votre perroquet pour lui permettre de s’occuper et de se distraire. Ils doivent être remplacés régulièrement puisque l’oiseau peut les briser ou tout simplement s’en désintéresser. Votre ami à plumes doit pouvoir se défouler avec ses jouets lorsqu’il en ressent le besoin.

Les graines ne devraient jamais être la seule source de nourriture pour votre tout petit perroquet. Les fruits, les légumes et certains aliments de table devraient être offerts tous les jours.

Un autre petit détail qui peut sembler bien anodin, votre perroquet doit prendre des bains, et ce, à chaque jour. Cela est essentiel à la qualité de son plumage et je dirais même dans plusieurs cas, à son moral. Beaucoup d’oiseaux adorent prendre leur bain. Certains préfèrent la douche, d’autres un contenant rempli d’eau, d’autres les vaporisateurs. À chacun son choix!

Finalement, votre perroquet a besoin de vous. Il a besoin de votre temps, de votre amour et de vos bons soins, et ce, surtout lorsque vous êtes son seul compagnon. Je me répète, mais je tiens à dire encore une fois que tous ces conseils s’appliquent à toutes les espèces d’oiseaux. Les pinsons, les serins, les perruches, les inséparables et les calopsittes SONT des espèces d’oiseaux! Il ne faut pas les oublier et les laisser pour compte!

 

Auteur du sujet

Romuald Martin
Activité: 11 Juin 2015
Ses animaux

Participants au sujet

Fiches race des oiseaux

Fiches race des oiseaux

Les fiches et standards de race des animaux : races de chien, races de chat, ...

Partager cette discussion

Mutuelle pour animaux

tarif des mutuelles animaux

Les forums de cette section