Loading...

Comportementaliste animalier

photo Comportementaliste  animalier

Psychologue animalier, véritable interprète du comportement des animaux

Le comportementaliste animalier est un spécialiste dans l’étude du comportement et dans l’analyse de la relation entre l’animal et son maitre. Il analyse les influences positives et/ou négatives que l’Homme peut avoir sur l’animal et à contrario les influences que l'animal peut avoir sur l’Homme. Son but est de rétablir une relation saine en analysant les différentes sources de problèmes.

Description du métier de comportementaliste

 

Le comportementaliste peut exercer son activité sur tous les animaux de compagnie, mais plus généralement sur le chien et le chat.  C’est un spécialiste dans l’éthologie des animaux.  L’éthologie est apparue dans les années 30 en devenant une véritable discipline liée à la science. 

Ce métier peut également s’effectuer auprès des chevaux, le comportementaliste est dit comme le chuchoteur d’animaux.

On peut dire d’un comportementaliste qu’il est un véritable psychologue des animaux. Il va chercher ce qui ne va pas chez l’animal et les différents points d’amélioration. Sur ce point, son rôle est semblable à celui d’un psychologue ou comportementaliste pour les humains. 

Le gros du métier du comportementaliste consiste à détecter les sources de problèmes néfastes à une relation harmonieuse entre l’Homme et l’animal. Son objectif est de pouvoir mettre en place des solutions qui vont permettre à chacun de retrouver une certaine sérénité.

 

Les missions d’un comportementaliste animalier

 

  • Analyser le comportement de l'animal
  • Comprendre et respecter l’animal
  • Comprendre et analyser les sources du problème
  • Rétablir une sérénité dans la relation
  • Rétablir la relation maitre/animal
  • Adapter son mode de procédure au type d’animal
  • Donner des conseils et indications au maitre pour pérenniser une relation saine

 

Comment devenir comportementaliste animalier ?

 

Pour devenir comportementaliste animalier il faut passer par un centre de formation. La plupart sont des centres privés.  Il faut savoir qu’à l’heure d’aujourd’hui aucun diplôme délivré par ces centres n’est reconnu par l’État. Vous pouvez passer par des écoles de vétérinaires où il est possible de suivre un module « comportementaliste animalier ».

 

Compétences nécessaires d’un comportementaliste animalier

 

Le comportementaliste pour animal doit avant tout aimer les animaux et savoir les respecter. Il doit avoir des bases solides en éthologie (c'est à dire en comportement animal), mais aussi dans le domaine de la psychologie animalière.

Il doit pouvoir s’adapter rapidement à tous types d’individus puisqu’il sera amené à rencontrer des animaux et des maitres très différents au niveau de leurs comportements et de leurs habitudes de vie.

Réussir à créer un lien et instaurer la confiance avec l’animal sont des qualités primordiales afin de pouvoir assurer les meilleurs résultats. Le comportementaliste animalier va devoir être pédagogue et doux avec l’animal.

Un comportementaliste doit avoir des bases et certaines compétences liées au métier de vétérinaire pour pouvoir suspecter une potentielle maladie ou pathologie de l’animal.

Il va devoir se montrer patient et compréhensif avec les clients, afin de leur transmettre son savoir et les bons gestes à effectués. Une consultation n’est pas toujours la solution à tous les problèmes. Dans certains cas, plusieurs séances seront nécessaires.

Le comportementaliste doit savoir communiquer pour pouvoir au mieux cerner le problème et ainsi pourvoir y remédier dans les meilleures conditions. Il doit être attentif et capable de reconnaître différents comportements. Il faut savoir se montrer compréhensif avec les maitres puisqu’il arrive souvent que les maitres arrivent paniqués et déboussolés, il va donc falloir les mettre en confiance et leur faire comprendre que tout va s’arranger et bien se passer. 

 

Conditions de travail d’un comportementaliste animalier

 

Le métier de comportementaliste peut être exercé de plusieurs façons. En effet, s'il travaille pour des particuliers, il va pouvoir organiser sa journée comment il le souhaite et ainsi avoir des horaires flexibles. Les trajets qu’il va devoir effectuer sont nombreux et variables en fonction du planning du jour.

C’est souvent un métier autonome, qui peut se pratiquer de façon indépendante. Le comportementaliste  doit pouvoir se rendre disponible puisqu’il peut être  amené à travailler le week-end et les jours fériés en fonction de la demande.

Comme c’est un travail avec le public, le comportementaliste a besoin de la présence des propriétaires. Il est possible que le comportementaliste soit sollicité pour participer à des conférences, des stages d'initiation sur le comportement, ou bien des évènements liés au monde animalier.

 

Journée type d’un comportementaliste animalier

 

La journée d’un comportementaliste varie en fonction de la demande de ses clients. Le nombre de demandes par jour, ainsi que leur caractère, peuvent varier,  le comportementaliste va donc devoir s’adapter quotidiennement.

Une fois chez le client, le comportementaliste va analyser dans son ensemble l’animal et essayer de comprendre la source du problème. Il va passer beaucoup de temps à communiquer avec l’animal et ses propriétaires pour comprendre au mieux la situation. Les consultations en général n’excèdent pas les deux heures.

 

Débouchés et évolutions

 

Il est possible pour le comportementaliste de travailler comme salarié (certains élevages et clubs d'éducation embauchent ce type de spécialistes) ou de se mettre à son compte et d’exercer sa profession en tant que libéral.

Les profils scientifiques peuvent viser le métier d'éthologue (chercheur- enseignant en comportement animal) qui nécessite l'obtention d'un Master en éthologie (Bac + 5). Un éthologue va pouvoir s’orienter vers les laboratoires de recherche dans lesquels il pourra avoir la fonction de responsable ou de directeur de recherche.

Le comportementaliste peut également souhaiter se spécialiser dans une espèce animale en particulier : par exemple éthologie équine.

 

Rémunération

 

La rémunération d’un comportementaliste est d’environ 1 500 euros brut/ mois pour un débutant jusqu'à 3 000 euros brut/mois pour un éthologue confirmé.

 

Témoignage d'un professionnel

 

Le métier d’éducateur canin et comportementaliste animalier est une passion qui, pour moi, se vit à 200%. Je sais que certains de mes confrères et consoeurs partagent leur activité avec une seconde mais, personnellement, tant que je pourrai m’en passer, j’en profiterai beaucoup car cela me permet de me donner entièrement à mon entreprise. Et c’est peut-être là que le bât blesse le plus !

Oui, c’est un « métier passion », comme on dit. Oui, c’est merveilleux de vivre de ce que l’on aime le plus et non, je ne ferai rien d’autre, même pour tout l’or du monde.
Mais soyons honnête : c’est un job très, très sollicitant, dans lequel on a vite fait de se perdre.

Je travaille seule et beaucoup, bien souvent en horaires décalés car j’estime que l’intérêt de ce service c’est d’être disponible quand les gens le sont également, c’est à dire en dehors des leurs horaires de travail donc le soir, le week end, durant les vacances…

Facile donc, de ne pas se reposer, de se laisser emporter par la charge de travail, l’administratif qui va avec, l’entretiens de ses propres animaux, etc…  Attention donc à ne pas faire l’erreur de se laisser engloutir sans penser à soi et sa vie personnelle car la qualité de notre travail dépend d’un équilibre fragile.

J’ai également la chance immense d’être soutenue par un entourage réellement présent, compréhensif et aidant … Il est important d’être épaulé ou du moins bien accepté par les siens pour bien vivre de ce métier car, bien souvent, les gens « lambdas » ont du mal à comprendre nos histoires de bébêtes, les formations qui prennent du temps, les kilomètres avalés, les balades sous la pluie, les poils partout, etc…

Enfin, c’est un métier où l’on donne de soi. Aux animaux mais aussi (et peut-être même, surtout !) aux humains qui les accompagnent. Donc je pense que c’est un métier qui demande d’aimer l’humain. Au moins un peu ! Il faut pouvoir le comprendre, l’entendre, l’écouter, lui parler, lui transmettre. Il faut faire preuve de beaucoup d’empathie, reléguer le jugement au second plan et faire preuve de pédagogie, d’adaptabilité. Avec ses clients mais aussi avec soi-même !

Personnellement, je n’ai jamais autant changé que depuis que j’ai démarré dans cette voie et chaque rencontre, qu’il s’agisse d’un animal ou d’un humain me fait grandir, évoluer. Non seulement professionnellement mais aussi personnellement, humainement parlant. Je pense qu’il faut accepter que ce métier influe sur nous et embrasser pleinement ces changements qu’il nous offre car c’est aussi là sa beauté.

Bref, à quiconque voudrait se lancer dans cette belle aventure, vous aurez été prévenus : ne comptez pas vos heures, aimez les poils et les humains  mais, surtout, soyez ouverts à tout et tous, en particulier à vous-mêmes !

Sasha Goldman, intervenante en comportement animal

www.dogfaculty.com

métier du comportementaliste animalier

 

En savoir plus

 

Si vous voulez plus d’informations sur ce métier n’hésitez pas à contacter notre équipe et à aller directement sur le forum.